Studio-toulouse.fr » Ailleurs » Loi pinel rendement : tout savoir sur le dispositif

Loi pinel rendement : tout savoir sur le dispositif

En investissant en loi Pinel, vous pouvez profiter d’avantages fiscaux. Cet investissement locatif vous permet en effet de déduire de vos impôts un certain pourcentage du montant du bien. Mais comment s’assurer de la rentabilité de son investissement et comment optimiser l’efficacité de l’opération ?

Objectifs de la loi Pinel

La loi Pinel propose aux contribuables qui investissent dans le neuf de déduire de leurs impôts 12, 18 ou 21% du montant du bien, en fonction de la durée d’engagement de location.
Si la défiscalisation proposée par le dispositif permet de réaliser des économies en réduisant son imposition, cet avantage ne doit pas être le moteur principal de l’investissement. En effet, les réductions fiscales constituent un élément parmi tant d’autres dans la rentabilité globale mais elles constituent surtout le moyen de compenser la différence de prix entre le neuf et l’ancien. Pour que votre investissement soit intéressant, il doit surtout répondre à un objectif majeur :

  • Constituer un patrimoine immobilier sur le long terme
  • Dégager des revenus complémentaires grâce aux loyers

Si vous souhaitez investir en loi Pinel, assurez-vous donc que vous avez bien compris les enjeux et que vous investissez pour les bonnes raisons.

Le rendement de l’immobilier en loi Pinel

Le placement immobilier est intéressant car il offre dans la majeure partie des cas un rendement bien supérieur aux autres produits financiers. Pour réussir votre investissement, vous devez donc vous assurer que le rendement soit avantageux. Calculez donc en amont le rendement locatif de votre futur logement avant de vous lancer.
Le dispositif Pinel est assez prisé par les particuliers car il offre la possibilité d’investir sans apport personnel mais aussi car les taux d’emprunt dans l’immobilier sont actuellement très alléchants. Le calcul du rendement locatif tient compte de différents paramètres :

  • Le montant du loyer : défini en fonction de la zone dans laquelle se situe le logement, attention à bien vérifier les plafonds.
  • La durée de la mise en location : 6, 9 ou 12 ans.
  • La réduction fiscale accordée : en fonction du prix d’achat et de la durée de mise en location, il s’agit d’un taux de 12, 18 ou 21%.

Mais il faut aussi prendre en compte que d’autres éléments interviendront dans la rentabilité globale de votre investissement. Investir dans l’immobilier implique de nombreux autres coûts de fonctionnement et d’entretien : la recherche du locataire, le turn over des locataires, les risques d’impayés, la rénovation et l’entretien du bien, les différentes taxes liées à la propriété ainsi que tous les frais de copropriété et de syndic.

les articles du studio